­
Les hiérarchies célestes - Mosaïque du Baptistère de Florence

Agir avec les anges : Les archanges et les Archées  (Partie 2)                

      Article complet : Parties 1 et 2

Cynthia Hindes -  Article paru dans Perspectives (déc. 2008) sous le titre Working with angels

Le présent texte sur les archanges et les Archées fait suite à la première partie qui portait sur les anges. Ces trois chœurs angéliques font partie des neuf hiérarchies célestes agissant pour l’humanité

Les archanges forment le chœur d'êtres angéliques au-dessus des anges. Ils agissent au plus profond de l'éternité. Leurs ailes sont plus grandes, leur conscience et leurs yeux plus pénétrants. Ils sont tels un enseignant travaillant avec un groupe d'enfants pendant de longues années, jusqu'à ce qu’ils soient reliés par le cœur, dans une relation de réciprocité profonde.  

Les ailes de l'archange recouvrent un groupe de personnes, une nation ou un peuple. L'archange accueille les âmes conçues au sein d’un peuple et les imprègne, de sorte qu'elles deviennent russes, américaines, japonaises... Il le fait principalement à travers la langue. Les archanges sont les génies inspirateurs des idiomes, de leur structure, de leur sonorité et des images, des phrases et des dictons, de la tonalité émotionnelle. Dans l'Antiquité, l'inspiration archangélique dans les chants et la poésie travaillait à former les âmes d'un peuple dans un groupe linguistique, tout comme le langage et la parole des adultes travaillent à former l'enfant dans son développement. Les archanges inspirent une langue afin de donner la possibilité de développer des facultés particulières au sein des âmes faisant partie d’un groupe linguistique.

Il y a trois forces qui agissent dans tout pays ou peuple. La première est l'inspiration archangélique. À l’opposé existent des forces adverses qui tentent d'éradiquer ce que l'archange apporte. Et le troisième élément est l'être humain individuel avec ses faiblesses et son destin propre. En raison de l'imbrication de ces trois forces, il y a une lutte pour le progrès et l'évolution du destin de l'individu et du peuple. Dans les temps anciens, l'archange pouvait inspirer et agir par l'intermédiaire des rois et des hommes d'État. Le roi était le porteur de la conscience archangélique. Aujourd’hui les archanges doivent trouver d'autres personnes – artistes, poètes, penseurs – pour être les porteurs de leurs inspirations. Nous devons devenir plus conscients de la façon dont sera décidé le destin du peuple, de la façon dont notre propre destinée s'articule en harmonie ou en opposition à l'archange de notre pays. Nous devons devenir plus conscients de ce que notre archange souhaite apporter, plus conscients aussi de ce que les forces opposées font pour contrecarrer son action.

Notre relation avec les archanges

Les archanges sont très préoccupés par la croissance actuelle des forces des ténèbres. Ils cherchent des possibilités d'étendre et de renforcer leur lien avec les êtres humains. Ils ont besoin de notre connaissance spirituelle. Ils ont besoin de l'efficacité d'un rituel religieux qui éveille la conscience spirituelle. Ils ont besoin de l'initiative de personnes individuelles qui commencent à comprendre.

Comment renforcer notre relation avec l'archange ? L'un des moyens consiste à utiliser correctement une langue. Que nous commencions à utiliser les mots de manière réfléchie, créative ; que nous utilisions les mots non pas pour blesser, mais de manière à ce que la vérité et le sens spirituel désintéressé rayonnent à travers eux. Nous renforçons également notre relation avec l'archange lorsque nous développons en nous les douze grâces royales que Shakespeare, ce maître de la langue anglaise, mentionne dans Macbeth : la justice, la vérité, la tempérance ; la stabilité, la bonté, la persévérance ; la miséricorde, l'humilité, le dévouement ; la patience, le courage, la force d'âme. 

L’Ange

Si tu savais combien ton visage s’altère,
lorsque dans le regard calme et pur qui à moi te lie,
tu te perds soudain et te détournes de moi !
Comme un paysage lumineux qui soudain
s’obscurcit, cela m’exclut de toi.
Alors j’attends. En silence j’attends
parfois longuement. Serais-je humain comme toi,
mon amour méprisé deviendrait peine mortelle.
Mais une patience infinie m’est donnée
par le Père et inébranlablement
je t’attends, quand tu voudras venir.
Et ce léger reproche lui-même, comprends
qu’il n’est pas un reproche, mais un message discret

Christian Morgenstern

Les Forces primordiales : les Archées

Notre ange gardien veille sur notre être unique et irremplaçable ; il est particulièrement intéressé par nos pensées. Les archanges guident les peuples et nous intègrent dans un peuple ou une nation par la langue. Les Archées – les Forces primordiales / Puissances d’origine – sont les membres les plus élevés de la troisième hiérarchie des anges. Ils tissent et coordonnent les différents peuples et nations en un tout. Ils travaillent à faire de nous des êtres humains.

Les Forces primordiales ont la responsabilité des grands rythmes de l'histoire de l'humanité – les périodes des grandes époques culturelles. La vie humaine est rythmée par des septaines : sept ans (changement de dents) ; quatorze ans (puberté) ; vingt et un ans, puis vingt-huit ans, et ainsi de suite. De la même manière, l'humanité dans son ensemble connaît un développement rythmé – les  grandes époques culturelles. Les Forces primordiales dirigent l'orchestration céleste de ces grandes époques. Ainsi, ce sont les Archées qui sont à l'origine du développement rythmique des grandes époques culturelles : l'Inde ancienne, la Perse ancienne, la période gréco-romaine, etc. Chacune de ces grandes époques dure environ 2100 ans.

De plus, au sein de ces grands rythmes culturels, il existe un rythme plus petit, d'environ 350 ans, durant lequel est confié à l'un des sept archanges un rôle particulier, un peu comme un soliste dans l'orchestration de la symphonie de l'humanité. Tout comme un soliste dans un orchestre donne le ton pour les autres instruments, chacun des sept archanges offre une qualité spécifique différente à l'orchestre humain. Dans les années 1400, Gabriel, l'archange de la naissance et de l'incarnation, a commencé à conduire l'humanité dans les circonstances terrestres. Le résultat fut l'épanouissement de la science, de la découverte du monde, du commerce, de l'industrie et de la technologie. L'humanité a conquis les sphères terrestres, ce qui était nécessaire.

Evolution de l'humanité

À la fin du XIXe siècle, l'archange Michael a pris la suite pour la période dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Il apporte un caractère et une atmosphère totalement différents. Gabriel a mis l'accent sur le portail de la naissance, le portail incarné de la vie terrestre. Michael nous conduit à l'autre portail de la vie terrestre, le portail de la mort où nous le percevons comme le chef spirituel de l'humanité, de retour dans le monde spirituel. Il est souvent représenté en train de tenir la balance dans laquelle nous sommes pesés après la mort.

La « balle » qui a été mise en mouvement par Gabriel continue de rouler, nous continuons à nous intéresser au terrestre. Mais ce qui est bon en un temps donné finit par devenir trop mûr, et peut alors tomber entre les mains des puissances adverses lorsque le moment est venu. Michael nous arrache à une connexion trop forte ou trop unilatérale avec la terre.

Devenir pleinement terrestre était une étape nécessaire dans le développement de l'humanité ; mais c'était une étape à franchir, pas un but. Toute l'initiative, la force et l'activité humaines qui ont permis de conquérir le monde extérieur doivent maintenant aller vers le spirituel, afin que nous devenions des explorateurs, des découvreurs, des maîtres dans la sphère spirituelle. Et nous voyons cela se produire – l'intérêt croissant pour le monde des anges, les associations d’accompagnement de fin de vie, les témoignages sur les expériences de mort imminente, la montée de l'intérêt pour la spiritualité. Les êtres humains cherchent maintenant à expérimenter le spirituel. Les choses, les modes de pensée, les institutions qui ne servent pas cette tâche humaine actuelle sont susceptibles d’être récupérés par les forces adverses. Par conséquent, les modes de pensée et les institutions obsolètes doivent être démantelés pour éviter qu'ils ne deviennent la proie de l'adversaire et ne détruisent l'humanité.

Michael, comme tous les êtres angéliques, respecte notre liberté. Il utilise donc les crises, les coups du destin, les chocs, afin de nous éveiller à notre véritable vocation contemporaine. Ces crises sont initiées par le monde des anges, non pas contre nous, mais contre les forces adverses qui nous enchaîneraient en esclavage au terrestre, maintenant que le terrestre n'est plus notre tâche première.

L'ange gardien s'intéresse à ce que pense l'être humain ; les archanges s'intéressent aux capacités de l'âme. Les Archées sont des esprits enflammés, allumant et purifiant l'amour ; ils vivent dans un enthousiasme ardent pour l'éveil de l'être humain à la libre compréhension et à la libre action. Les Archées portent un intérêt intense à ce que fait l'être humain, au travail humain. Ils s'intéressent à l'importance de notre travail pour des cercles plus larges de personnes et pour la nature. Lorsque les êtres humains consacrent leur travail au service des êtres divins (et non de leurs adversaires), cela va dans le sens des Archées.

L'esprit du temps actuel, maintenant sous la régence de Michael œuvrant pour les Forces primordiales, exige de l'humanité trois choses : i) les rencontres humaines doivent devenir sacramentelles ; chaque être humain doit être rencontré, non pas au niveau des apparences et de son identité terrestre, mais dans la dimension de son véritable être éternel ; ii) comme conséquence de voir l’être éternel en l’autre, toute vie religieuse doit être construite sur une liberté absolue ; iii) l'être humain doit devenir capable de saisir et de comprendre, en faisant l'expérience des réalités spirituelles du monde en toute conscience, par, dans et avec sa pensée et sa réflexion.

C'est ainsi que nous commençons à travailler avec les Forces primordiales et avec Michael dans l'orchestration actuelle de l'humanité : lorsque nous rencontrons les autres en tant qu'êtres éternels, que nous pratiquons (et laissons les autres pratiquer) la religion dans une liberté absolue, et que nous commençons à faire l'expérience en nous-mêmes de la réalité spirituelle, de l'éternel, dans tout ce que nous faisons dans le monde temporel.

 

Cultes célestes, cultes terrestres

Quel est le rapport entre les hiérarchies des anges et la Communauté des chrétiens ? Comment la Communauté des chrétiens travaille-t-elle avec les hiérarchies des anges ?

Il y a en permanence un autel céleste et un culte céleste. Dans l’Apocalypse, l'Agneau-Christ apparaît au milieu des sept lumières et fait son offrande. Il tient dans sa main droite les étoiles des anges des communautés. De l'Être du Christ jaillit un courant permanent et éternel d'amour, de dévotion et de grâce qui se répand dans le monde. C'est Son offrande. Chaque hiérarchie se joint aux autres pour faire sa propre offrande d'amour et de dévotion qui flue vers le haut, vers l'Agneau. Des multitudes d'êtres humains en robe blanche y participent également.

Le culte terrestre est une image et une empreinte du culte céleste. C'est à cela que travaillent les anges : tisser ensemble ce qui jaillit de l'offrande de l'Agneau-Christ, pour le tisser dans l'avenir de l'humanité. Le monde des anges a créé le culte céleste. L'Acte de consécration de l'homme en est une image ; un vase dans lequel les êtres humains peuvent puiser et tirer une substance spirituelle qui peut couler dans le terrestre.

Les anges gardiens des destins individuels se rapprochent lors de l'Acte de consécration de l'homme parce qu'ils s'intéressent particulièrement à ces moments de prière silencieuse, de contemplation réfléchie, surtout dans le cadre du culte divin. Il en résulte que pendant l'Acte de Consécration de l'Homme, les êtres humains sont renforcés par l'approche de leur ange. Et l'ange gardien de l'individu lui-même devient plus fort, plus rayonnant grâce à ce qui vit dans l'être humain pendant le sacrement.

 

Cynthia Hindes est prêtre dans une Communauté des chrétiens dans la région de Los Angeles.

L’auteur s’est basée pour cet article sur plusieurs conférences de Rudolf Steiner assemblées dans les volumes intitulés « Angels, and Guardian Angel » (Steinerbooks) et sur « Angels in the Light of Spiritual Science », auto-publié par Richard Lewis. Elle s’est également inspirée de « Our Spiritual Companions », d'Adam Bittleston (Floris Books), et de « L’homme et les anges », de Hans Werner Schroeder (Éditions Iona).

  

Traduit/adapté de l'anglais par Philia Thalgott
Publié avec l‘aimable autorisation des éditeurs de « Perspectives » (Royaume-Uni) - http://perspectives-magazine.co.uk/

 

* Illustration en début de texte : Les hiérarchies célestes - Mosaïque du Baptistère de Florence